En-tête-canalplus
9 août 2022

Testing Talks avec Janet Gregory

Emma Labrador
Blog > Agile
Testing Talks avec Janet Gregory

Testing Talks est une série d'interviews mettant en lumière des personnalités connues du monde de la qualité et des tests de logiciels. Dans ce nouvel épisode, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Janet Gregory.

Janet Gregory est coach en tests agiles et consultante en processus chez DragonFire Inc. Elle est le co-auteur avec Lisa Crispin de livres sur le sujet. Janet est spécialisée dans l'éducation des équipes agiles, sur la façon dont les activités de test sont nécessaires pour que l'ensemble de l'équipe puisse développer des produits de bonne qualité. Elle aide les équipes à passer au développement agile et donne des cours sur les tests agiles dans le monde entier. 

Pouvez-vous vous présenter et décrire votre parcours ?

Je m'appelle Janet Gregory et je suis canadienne, originaire de l'ouest du Canada. Je fais partie des personnes chanceuses qui ont la possibilité de passer un peu de temps dans ma ville natale, Calgary. C'est très proche des montagnes, donc c'est une bonne chose. Mais je passe aussi une partie de mon temps dans ma maison d'été en Colombie-Britannique, dans les montagnes. J'ai la chance de pouvoir passer autant de temps dans différents endroits. Aujourd'hui, je fais cette interview depuis notre maison en Colombie-Britannique.

Mais, que puis-je vous dire d'autre sur moi... J'adore voyager. Du moins, j'aimais ça. Ce n'est plus aussi amusant aujourd'hui, avec tous ces voyages en avion.

Je suis allée à l'université assez tard dans ma vie, pour étudier l'informatique. Je travaille donc dans le secteur de la technologie depuis 1991 environ, soit depuis plus de 30 ans ; ce qui me fait un peu peur quand j'y pense. Je travaille dans des équipes Agile ou avec des équipes Agile depuis 2000. Cela fait plus de 20 ans que je suis dans le secteur de l'Agilité.

C'est un peu de moi !

Qu'est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans ce secteur ?

Cela dépend de l'industrie dont vous parlez. Quand j'ai commencé à aller à l'université, pour entrer dans la technologie, pour passer mon diplôme d'informatique, je suis allé à l'école pour les dollars. Je regardais vraiment mon histoire, ce que je pouvais faire, et je pensais que la technologie était probablement le meilleur endroit pour faire de l'argent. Mais quand je suis allé à l'université, et que j'ai étudié la programmation, j'ai réalisé que je ne voulais pas être un programmeur pour le reste de ma vie. Ce n'était pas ce qui me passionnait. Je pouvais faire le travail, je pouvais le faire correctement, mais cela ne créait pas de passion en moi en tant que telle. Lorsque je me suis lancé dans les tests, je suis passé de la programmation aux tests, j'ai été enthousiasmé par cela, il y avait tant à apprendre. Je pense que cet enthousiasme m'a vraiment attiré dans la partie test. Je suis également un grand fan du processus. Pas nécessairement un processus lourd, mais j'aime le processus, avoir les choses en ordre. Et je pense que la passion, pour moi, est ce qui rend les gens bons dans leur travail. Du moins, c'est mon avis ! 

Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ? 

Je n'ai pas pu parler précédemment de passion. Mon travail consiste en de nombreuses choses ces jours-ci. Je consulte, je parle, j'écris, j'enseigne, je teste, je crée aussi ! Par exemple, je travaille actuellement sur un nouveau cours avec Lisa Crispin. Dernièrement, j'ai joué le rôle de product owner. Et je sais que je ne voudrais pas faire ça toute la journée. Mais je pense que ce que je préfère dans toutes ces activités, quelle qu'elle soit, c'est quand j'ai aidé quelqu'un. Par exemple, lorsque je fais un atelier, je peux voir l'excitation d'une personne lorsqu'elle comprend ce qu'elle apprend. L'impact de ce qu'elle pourrait faire, comment elle pourrait l'appliquer, ça m'excite. Ou lorsque quelqu'un lit notre premier livre et me dit qu'il ne sait pas comment il aurait pu faire son travail sans le lire. Cela me fait chaud au cœur. C'est vraiment ce qui me fait avancer !

Avez-vous une anecdote à partager ?

Une fois, je parlais avec Mike Cohn, et il m'a dit "Janet, il faut que je te montre quelque chose !". Il a envoyé une photo. C'était une photo de notre livre, le premier Agile Testing Book. Il a dit : "Je suis tombé sur ça quand j'étais avec l'équipe l'autre jour. J'ai pensé que vous l'apprécieriez." Et, c'était un livre, et il était plein de notes autocollantes. Quand vous tourniez les pages, il y avait plein de surligneurs et de petites notes sur le côté des marges. Cela me disait que la personne avait lu le livre très attentivement et qu'elle avait aussi beaucoup de questions et de réflexions à son sujet. Cette image reste gravée dans ma tête ! Chaque fois que je suis vraiment frustrée et que je pense à ce que je fais, à ce que je dis ou à ce que j'écris et qui tombe dans l'oreille d'un sourd. Je reviens à cette image dans ma tête. Je pense qu'au moins une personne a été touchée et que cela l'a aidée. C'est très puissant.

Quelle est la meilleure partie de l'écriture d'un livre avec quelqu'un ?

Lisa et moi sommes partenaires depuis longtemps. J'ai rencontré Lisa Crispin lors d'une conférence en 2002. Mais ma première rencontre avec elle remonte à l'époque où elle écrivait son tout premier livre : "Testing Extreme Programming". C'est à ce moment-là que je me suis retrouvé dans une équipe Agile, et j'étais paniqué parce que je ne savais pas ce que cela signifiait vraiment. J'étais dans cette équipe Agile, j'étais le testeur, et j'avais fait quelques lectures, mais je ne savais pas vraiment ce que cela signifiait. Alors, j'ai envoyé un e-mail à la seule personne que je connaissais qui était dans le domaine du test et de l'Agile à ce moment-là. Et c'était Brian Marick. Il était l'un des signataires du manifeste Agile. Il m'a répondu en disant : " Je peux répondre aux questions, mais Lisa Crispin est peut-être mieux parce qu'elle écrit un livre ". J'ai donc eu l'honneur d'être l'un des examinateurs de ce livre et d'essayer un grand nombre des choses dont elle parlait. C'est vraiment à ce moment-là que notre relation/partenariat a commencé. Après l'avoir rencontrée, elle m'a un peu pris sous son aile et m'a aidé à faire des discours. J'ai co-présenté avec elle, elle est probablement l'une des meilleures personnes au monde pour amener de nouveaux Intervenants et travailler avec eux. Alors, j'ai commencé à parler avec elle, et à faire quelques ateliers, et des choses comme ça... Et, elle m'a demandé si je voulais être co-auteur de son deuxième livre, ce que j'ai presque refusé, parce que je ne pensais pas que l'écriture faisait partie de mes compétences. Et il se trouve que cette collaboration a duré très longtemps : 20 ans ! Je pense que la meilleure partie de la collaboration avec quelqu'un est de pouvoir tester ses idées. Voir quelqu'un prendre une idée et l'écrire. Et aussi, grâce au travail en binôme que nous avons fait lorsque nous avons écrit un livre, de pouvoir prendre des tours de rôle, d'être le chef, je dirais. Parce que, parfois, la vie se met en travers, elle ne vous permet pas toujours, en deux heures par jour d'écrire. Lisa et moi nous sommes relayés. 

Si elle avait quelque chose à faire dans sa vie, je l'aidais un peu plus sur le livre et j'écrivais davantage pendant une semaine ou deux, et vice versa. Nous essayons vraiment de respecter le calendrier que nous nous sommes fixées. Parfois, cela signifie qu'il faut prendre un peu plus de travail, aider. Cette collaboration est donc très importante, il est très difficile de travailler seul, et je pense qu'aucune de nous n'aurait eu autant de succès si nous avions essayé de le faire seul.

Un conseil que vous donnez toujours à propos des tests agiles ?

Je pense que si je devais dire quelque chose, je dirais "Gardez l'esprit ouvert". Cherchez des moyens de collaborer, demandez de l'aide quand vous en avez besoin, que ce soit de la part de vos coéquipiers ou de la communauté dans son ensemble. Ne supposez pas que vous connaissez toutes les réponses, car vous ne les connaîtrez jamais. Dans notre premier livre, nous avons énuméré sept facteurs de réussite, et je crois que ces facteurs de réussite sont tous encore très vrais. Et nous en avons parlé sur notre blog. Nous continuons à en parler, nous y pensons... Mais une chose que j'entends parfois est une critique, c'est que certaines personnes pensent que les gens des équipes Agiles ne pensent pas aux tests en profondeur ; et ce n'est pas vrai. Bien que, comme dans toute équipe, certaines personnes connaissent mieux leur métier que d'autres. Mais, si vous pensez aux périodes de test, aux activités de test, et que vous pensez à la meilleure façon de les réaliser, ce n'est pas nécessairement le testeur de l'équipe, par exemple. Il peut s'agir de collaborer avec l'un des programmeurs. Et je l'ai fait moi-même pour dire que nous devons faire des tests de charge. Comment nous allons le faire, et ensuite collaborer avec les développeurs pour le déterminer ensemble. Je pense que garder l'esprit ouvert, et chercher des moyens de collaborer, est le super pouvoir que les gens ont dans les équipes Agiles.

Comment les entreprises doivent-elles organiser leurs équipes de test pour une meilleure efficacité ?

Votre question ici est pour une meilleure efficacité. Mais j'utilise le mot "efficace" plutôt que "efficient". Parce que je pense que le mot efficace met les gens dans le pétrin parce qu'ils essaient de réduire les mauvaises choses. C'est un peu comme le test que j'ai mentionné auparavant. Ça arrive dans les équipes Agiles, tout comme ça arrive dans les équipes traditionnelles. Essayer d'être efficace n'est pas la meilleure façon, mais chercher comment être plus efficace. Et je pense que chaque organisation trouvera sa propre voie. Personnellement, j'aime les testeurs intégrés aux équipes, sans savoir que les testeurs ne feront pas tous les tests. L'ensemble de l'équipe doit examiner les activités qui doivent être réalisées et trouver comment le faire. Cela a tendance à être très efficace. Dans certaines équipes que j'ai vues, les testeurs ne font pas vraiment la plupart des tests. Ils jouent le rôle de coach ou de consultant, et j'ai moi-même déjà joué ce rôle. C'était la toute première équipe dans laquelle j'ai été, en tant que testeur dans une équipe. Je ne me lassais pas du consultant en tests, travaillant avec les programmeurs pour trouver comment améliorer les tests, comment mieux les faire, comment mieux les faire en tant qu'équipe. D'autres équipes, les équipes de livraison, choisissent d'avoir un testeur qui peut faire tous les tests exploratoires, mais qui a une influence sur l'automatisation et les programmeurs font toute l'automatisation. Ce qui ne fonctionne pas bien, à mon avis, c'est lorsque le testeur pense qu'il est responsable de tous les tests, parce qu'il ne peut pas le faire, il devient un goulot d'étranglement. Je pense que chaque organisation est différente, vous pouvez avoir de très petites et de plus grandes organisations qui seront très différentes des très grandes organisations, qui peuvent avoir besoin d'une sorte de groupe de test pour rechercher des économies d'échelle, comme avoir beaucoup de dispositifs différents pour les tester tous. Alors que vous pouvez faire tous ces individus sur des équipes Agile. Donc vous savez, la réponse du consultant en moi est : ça dépend. 

Cela dépend donc des circonstances, il n'y a pas de meilleure méthode, mais il existe des pratiques exemplaires qui fonctionnent très bien.

Que pensez-vous de l'avenir des méthodes agiles ?

Je n'ai vraiment aucune idée de la direction que prendra le secteur Agile à l'avenir. Je sais qu'il y a beaucoup de camps différents qui parlent de ce qui est mieux ; personnellement, j'aimerais voir les gens réfléchir à la façon dont nous nous améliorons, qu'ils l'appellent "Agile" ou autre chose. Ce que nous voulons faire, c'est "ne pas stagner", parce que si nous nous mettons dans la tête de dire "Agile est la seule chose, et nous ne pouvons jamais bouger", alors vous allez vous arrêter. Et l'idée derrière Agile est que nous sommes Agiles, nous sommes flexibles, nous allons changer. Donc, il y a beaucoup d'équipes qui vont maintenant continuer avec la livraison, avec le déploiement continu. Certaines équipes vont y arriver, d'autres non. Elles n'en ont pas besoin, elles ne veulent pas de ce travail supplémentaire pour y arriver.

Je pense qu'en regardant où nous voulons être, comment nous approuvons constamment, c'est juste un changement général. Est-ce que quelqu'un viendra dans les 10 prochaines années et dira "Hé, je viens de trouver quelque chose de tout nouveau ! Je pense que ça va marcher !". C'est possible, et j'espère simplement que les gens seront ouverts pour regarder et dire "C'est une bonne idée", et ne pas dire "ça représente beaucoup de travail", car au début d'Agile, beaucoup de gens pensaient que c'était beaucoup de travail. Et maintenant nous savons que c'est le cas à peu près dans toutes les situations. Mais encore une fois, pas dans toutes. Donc, je pense que ce sera une évolution qui est juste de continuer à s'adapter, de s'améliorer de plus en plus. Certaines personnes iront par ici, d'autres par là... et ça pourrait être bien. J'aimerais avoir une boule de cristal !

Entre vos différentes activités, qu'est-ce que vous préférez et pourquoi ?

C'est vraiment difficile. Je dois dire que j'aime toujours autant les tests. Je n'en fais plus autant qu'avant, mais cela fait toujours partie intégrante de ma vie. C'est un peu tout ce que je fais, mais quand je pense à tester des applications, je le fais encore. 

Ensuite, je pense que je crée. Travailler sur de nouveaux modèles, réfléchir à des possibilités, me mettre au défi de dire "Qu'est-ce qui va marcher ou ne pas marcher dans ce cas ? Mais aussi, collaborer avec d'autres personnes pour obtenir leurs opinions et dire "Comment pourrions-nous améliorer cela ? J'aime créer. Mais une autre chose que je fais, à titre personnel, c'est la peinture. J'utilise des aquarelles et j'essaie de peindre, et cette création peut se poursuivre de différentes manières. Donc, peu importe ce que c'est, c'est cette partie de réflexion, l'aspect.

Qu'auriez-vous fait au lieu d'être un consultant en tests agiles ?

Si j'avais pu faire autre chose que des tests... Quand je regarde le début de ma vie, je sors du lycée et je travaille pour le gouvernement. Je ne voudrais définitivement pas faire ça. J'ai fait beaucoup de bricoles pendant quelques années, quand mes enfants étaient petits. Par exemple, j'ai commencé à être entraineuse de gymnastique quand ma fille était jeune, et je ne voudrais pas faire ça. J'ai fait des travaux d'art graphique durant un certain temps pour un journal, et j'ai bien aimé cela. J'aurais peut-être pu faire ça toute ma vie... mais je ne suis pas sûre, je ne suis vraiment pas sûre de ça. J'ai pensé à l'enseignement, une fois. C'était ma première réponse au lycée quand on me demandait : "Que veux-tu faire ? J'aimerais être professeur". Et quand j'ai quitté le lycée, j'ai pensé : "Non, je ne veux pas aller à l'université pendant 4 ans et enseigner à des enfants". Eh bien, il s'avère que j'enseigne maintenant à des adultes ! Je ne suis pas sûre de ce que j'aurais voulu devenir, parce que j'aime vraiment ce que je fais à présent, et je pense que le fait de pouvoir changer et la variété de ce que je fais m'aident vraiment. Parmi toutes les choses que je fais maintenant, j'aime faire du travail de consultation avec des équipes. Cela peut impliquer un peu de tests, mais c'est aider les gens en regardant ce qu'ils font d'une manière différente. Et j'aime faire ça. Donc, si je peux trouver un autre emploi qui me permette de faire cela, ce sera peut-être ce que je ferai.

Votre dernier mot pour ce interview?

J'aime dire aux gens d'être fidèles à eux-mêmes. Trouvez ce qui vous rend heureux. Nous ne sommes pas tous capables de faire exactement ce que nous voulons dans la vie. Mais regardez ce que vous faites, et trouvez-y de la joie si vous le pouvez. Mais aussi, n'ayez pas peur de prendre des risques. J'ai fait une conférence une fois, et elle est probablement sur la chaîne YouTube d'Agile testing days, en parlant des choses qui ont changé ma direction, en faisant des choix... Par exemple, lorsque je suis entrée à l'université, j'ai eu le choix entre deux options : l'économie domestique, par exemple, ou l'informatique. J'ai pris la voie la plus difficile et j'ai choisi l'informatique, et cela a changé ma vie. Mais il y a aussi beaucoup de petites choses, comme le fait de dire "oui" lorsque Lisa m'a demandé de l'aider à écrire le premier livre que nous avons écrit ensemble. Et je ne me voyais pas écrire un livre. Mais j'ai pris ce risque et j'ai dit "oui", et cela a changé ma vie. Mais il y a beaucoup de choses que les gens font, et parfois c'est effrayant de dire "oui". Mais j'encourage les gens à prendre ces risques s'ils peuvent le faire en toute sécurité. L'une des questions que je me pose toujours est la suivante :

"Quelle est la pire chose qui puisse arriver ? Et ça peut partir de là. Alors, à part ça ? N'ayez pas peur, prenez des risques parfois.

Vous voulez essayer Agilitest ?

Découvrez Agilitest en action. Rejoignez 99,9 % de clients satisfaits.

Automatiser les tests fonctionnels pour des équipes heureuses.  

  • Des tests manuels aux tests automatisés
  • De l'automatisation des tests à l'automatisation intelligente des tests
  • Trouver les bons outils
Emma Labrador

A propos de l'auteur

Emma Labrador

Emma est CMO chez Agilitest et a 8 ans d'expérience dans le secteur des technologies/SaaS où elle a travaillé sur le marketing numérique et les campagnes de marque.

logo twitter
logo linkedin

Recevez les actualités du monde du test et d'Agilitest dans votre boîte mail

Rejoignez des milliers d'abonnés. Conforme RGPD et CCPA.